Une approche moderne de la douleur : pour qui, pourquoi et comment ?

Bienvenue dans cet article d’introduction à la catégorie « L’origine de la douleur ».

Je dois avouer que cette section sera probablement celle qui me tiendra le plus à cœur. En effet, je me spécialise au quotidien à la gestion de la douleur, et j’ai créé ce blog en particulier pour tenter de vous aider à reprendre le contrôle sur celle-ci.

Les deux approches en médecine

Pour replacer les choses dans leur contexte, il existe grosso modo deux types d’approches en médecine : l’approche biomédicale, et l’approche biopsychosociale (ou globale).

Jean-François d’Ivernois et Rémi Gagnayre, deux professeurs de Sciences de l’Éducation, fers de lance de l’Éducation Thérapeutique du Patient, les décrivent ainsi :

Le premier, appelé modèle biomédical, infère que la maladie provient principalement d’un problème organique. Il véhicule l’idée selon laquelle toute maladie a une cause qui peut être guérie.

Autrement dit, si on applique ce modèle à la douleur, cela correspond à : « Votre douleur est nécessairement due à un problème physique (blessure, blocage, etc) qui a besoin d’être réglé pour que vous n’ayez plus mal  »

Le second modèle, appelé couramment modèle global, tente de montrer que la maladie résulte d’un ensemble complexe de facteurs organiques, psychosociaux et environnementaux.

Les preuves s’accumulent en faveur de ce second modèle, et il s’agit par conséquent du modèle que nous suivrons ici.

La transition du modèle biomédical vers le modèle global se réalise lentement mais sûrement. Aujourd’hui, l’approche biomédicale est encore omniprésente. Combien de fois avez-vous entendu à propos de vous ou d’une connaissance : « Vous avez mal au dos parce que vos disques sont abîmés » ? Ou encore : « Votre bassin/hanche/dos/épaule/etc est bloqué(e)/déplacé(e)/mal aligné(e), c’est pour cela que vous avez mal » ?

Le fardeau de la douleur chronique

Une prévalence grandissante

On estime à 25% la proportion de la population des pays développés qui vivent au quotidien avec une douleur chronique. Faites-vous partie de ces 25% ?

La recherche d’explication à votre souffrance vous a peut-être conduit à consulter plusieurs thérapeutes. Chacun de ces thérapeutes vous a probablement gratifié d’une explication différente, et proposé un remède en conséquence. Enfin, si vous lisez cet article, il est certain que vous n’êtes pas encore libéré du mal de dos.

Dans ces conditions, il est facile de perdre espoir, de se penser « incurable » et de s’imaginer passer le restant de sa vie handicapé par la douleur.

Une lueur d’espoir

Des avancées gigantesques ont été faites dans la compréhension de la douleur. Pourtant, les croyances à propos de celle-ci évoluent très lentement. Nous sommes tous responsables de la lenteur de cette évolution, pour plusieurs raisons.

Le cerveau humain déteste le changement et préfère amplement rester dans sa zone de confort. Chaque nouvelle idée est jugée plus durement que celles qui s’y sont déjà nichées (et plus cela fait longtemps qu’elle y est, plus il est dur de l’en déloger..).  Changer d’avis est parfois une mission périlleuse, notamment lorsqu’il s’agit d’opinions ou de croyances chères à la personne, responsables de choix et d’engagements dans la vie de celle-ci.

Après ce constat quelque peu pessimiste, abordons le côté positif ! Quelque soit la difficulté, le cerveau est capable de modifier son fonctionnement, ses circuits et ses connexions de manière extraordinaire, afin de faire face à de nouvelles situations.

Le corps humain est également en mesure de s’adapter afin de répondre à des demandes fonctionnelles colossales (pour le constater, il suffira d’admirer les exploits des sportifs de niveau olympique, les fantastiques compensations développées par les sportifs paralympiques, ou encore cette grand-mère de 91 ans qui vous met la misère en gymnastique ).

La douleur est une expérience individuelle

Comment faire pour sortir de la spirale infernale de la douleur chronique ?  Qu’est-ce qui fait que pour une même blessure, une personne récupèrera sans problème et retrouvera une vie normale au bout de quelques semaines, tandis que l’autre verra au contraire la douleur et le handicap grandir au fil du temps, rempli d’un sentiment d’impuissance ?

Une phrase que l’on m’a dite plusieurs fois au cabinet est restée gravée dans mon esprit. Au détour d’une question innocente, ou même de manière spontanée, voici ce que certains patients m’ont déclaré :

« Ah mais de toute façon.. je sais que la douleur ne disparaitra pas. »

C’est-à-dire :  peu importe ce que je ferais ou ce que vous ferez, j’aurai toujours mal. Au delà du fait que cette phrase est révélatrice d’un profond découragement, il est maintenant prouvé que les pensées négatives qu’une personne possède à propos de sa douleur figurent parmi les plus grands facteurs de chronicisation qui existent.

Autrement dit : si vous pensez que vous n’allez pas vous en sortir, vous continuez à avoir mal. C’est aussi simple que cela. Ne serait-il pas génial de pouvoir changer d’état d’esprit, et ainsi de reprendre le dessus sur sa douleur ?

Ce que je vous propose

Parmi les moyens modernes proposés pour sortir de ce cercle vicieux se trouve l’Éducation Thérapeutique aux Neurosciences (ETN). Derrière ce nom (pompeux) se cache un objectif : améliorer votre compréhension du phénomène douloureux, afin de favoriser une reprise de contrôle, et une participation plus éclairée votre prise en charge.

Concrètement, à quoi ressembleront ces articles ? Afin de garder les articles les plus clairs et concis possible, chaque article traitera d’un ou deux points maximum. Il y aura éventuellement un questionnaire à la fin de chaque article. Les notions seront abordées dans un ordre croissant de complexité, pour être sûr que vous disposez des pré-requis nécessaires à la compréhension de certains points.

La meilleure manière de bénéficier de ces conseils est de prendre le temps de les assimiler et de les appliquer à soi-même au quotidien.

Avertissement

Ces changements prennent du temps, et s’inscrivent dans une transformation profonde du style de vie. Il ne s’agit PAS d’une méthode miracle. Je le répète, la simple lecture de ce genre d’article (ou de n’importe quel autre article) ne règlera probablement pas votre problème de douleur chronique.

Soit-dit en passant, toute personne qui met en avant une technique unique pour régler un problème complexe tel qu’une douleur chronique devrait éveiller vos soupçons.

Ceci étant dit, je m’engage à vous donner autant de conseils que possible pour maitriser la douleur et accomplir vos projets de vie.

Les sources

Pour les curieux, et pour les quelques professionnels qui passeraient par ici, je me base essentiellement sur les travaux de Lorimer Moseley, Adriaan Louw, Emilio Puentedura, Greg Lehman et Peter O’Sullivan, qui me passionnent et m’inspirent au quotidien.

Discussion

Cette section devra être la plus pédagogique possible, ce qui représente un défi de taille pour moi. J’aurai comme toujours besoin de vos commentaires et de vos questions pour la faire évoluer.

À bientôt !

Le point sur les idées reçues

Bonjour à tous,

Dans cette catégorie, nous discuterons des sujets qui reviennent le plus souvent lorsqu’il est question du mal de dos.  Armés de notre couteau suisse, j’ai nommé la science (voire le rasoir d’Occam, pour les plus avertis), nous tenterons de discerner le vrai du faux concernant certaines notions.

Cette section sera une fois de plus participative. Elle existe pour que vous puissiez vous informer de manière fiable sur les questions qui vous intéressent le plus. Vous avez donc le droit (et le devoir, bien sûr ) de me proposer des sujets d’articles !

Deux exemples pour ceux qui seraient en panne d’inspiration 😉

Continuer la lecture de « Le point sur les idées reçues »

Innovations, vessies & lanternes

Bonjour à tous, et bienvenue dans cet article de présentation de la catégorie « Innovations, vessies & lanternes » !

Cette section du blog me permettra d’analyser des produits, des discours, des thérapies, et pourquoi pas des points d’actualité en rapport avec le dos, en m’appuyant sur les preuves disponibles et sur une pincée d’esprit critique.

Nous voyons apparaître aujourd’hui de nombreux accessoires anti-mal de dos. Que valent-ils réellement ?

Est-ce une véritable innovation de santé, ou bien est-ce de la poudre jetée aux yeux du public ?

Si la réponse est parfois évidente, il n’est pas toujours aisé de distinguer les réels bénéfices d’une technologie, d’une ceinture lombaire, d’un coussin, d’un tee-shirt high-tech, etc.

De la même manière, on ne compte plus les nouvelles thérapies alternatives qui fleurissent aux quatre coins de la France, en vous promettant monts et merveilles. Comment ne pas se perdre dans ce labyrinthe thérapeutique ? Les professionnels s’y perdent parfois eux-mêmes…

Je tiens à préciser que ces articles ne seront pas écrits pour attaquer qui que ce soit. Critiquer, ce n’est ni juger ni agresser tant que cela est fait de manière respectueuse et avec des arguments sérieux. Sous ce titre de catégorie un peu cynique se cache une réelle volonté de remettre en question les pratiques et de les améliorer pour le bien de tous. Il s’agit bien de la philosophie de Comprendre Son Dos.

Plusieurs idées d’articles flottent déjà dans mon esprit. Il est essentiel que vous fassiez des propositions afin d’ouvrir une discussion sur un produit, sur une thérapie,sur une innovation, ou sur une chose entendue ou lue dans les médias.

Exemple : les tee-shirts correcteurs de posture (très en vogue depuis quelques temps).

Vous pouvez dès à présent proposer des sujets d’articles, grâce au système de commentaires.

À bientôt !

Clarification au sujet de la science

Introduction

Étant donné l’importance que je compte accorder à la science et aux preuves scientifiques dans ce blog, il est essentiel de préciser ce que j’entends par ces termes.

Le mot « science » fait référence à tout un univers, à un ensemble complexe de pratiques, de personnages et de découvertes. Chaque personne s’est construit une représentation personnelle de la science en fonction de ses expériences, de son éducation et de ses convictions personnelles. Votre représentation de la science est unique, et elle est inévitablement différente de la mienne. C’est pour cette raison qu’une clarification est nécessaire. Cet article sera aussi court que possible, car l’épistémologie n’est pas le sujet de ce blog.

L’objectif est double :

  • Nous mettre d’accord sur le sens qu’aura le mot « science » sur ce blog
  • Prévenir un ensemble de remarques habituellement retrouvées lorsque la place de la science est évoquée dans une conversation

Qu’est-ce que la science ?

On peut distinguer 5 sens différents au sein du mot « science ».  Je me réfère ici à l’analyse faite par Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin dans leur livre Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles (voir le dernier paragraphe En savoir plus).

  • La science en tant que démarche

La démarche scientifique propose un ensemble d’outils et de principes qui permettent de dire des choses moins fausses que d’autres sur le monde qui nous entoure. Cette méthode permet de décrire de manière objective et rationnelle les évènements que nous lui soumettons.

  • La science en tant que connaissance 

    Il est possible de considérer la science comme l’ensemble des connaissances dont on dispose sur un sujet donné, ou du moins dont on admet la véracité (en effet, certaines croyances se sont infiltrées dans le corpus scientifique et s’y sont profondément enracinées).

  • La science en tant que nid à lobbies

La recherche n’est pas exempte de conflits d’intérêt, de magouilles et autres procédés obscurs, loin de là. Il est probable que le scandale du Mediator vienne à l’esprit de certains d’entre vous.

Cette facette de la science ternit souvent son image dans l’esprit du grand public.

  • La science en tant que communauté

Qu’est-ce qui fait qu’un scientifique est reconnu par ses pairs ? Comment communique-t-il avec eux ? Les relations entre les scientifiques sont régies par un arsenal de mœurs, de rites et de codes, plus ou moins spécifiques au domaine étudié.

  • La science en tant que symbolique

Il s’agit là de toutes les images que l’on associe à la science dans notre imagination : savants fous aux cheveux ébouriffés, chercheurs philanthropes agissant pour le bien de l’humanité, laboratoires, cabinets médicaux, et bien d’autres.

Le premier sens, celui de méthode scientifique, sera adopté par défaut sur Comprendre Son Dos.

Pourquoi utiliser la méthode scientifique ?

La méthode scientifique n’est pas la seule façon d’observer le monde. Pourquoi la choisir ? Par souci de clarté, nous retiendrons deux raisons principales :

  • La méthode scientifique est la seule qui cherche à décrire la réalité de manière objective. En écartant les différents biais cognitifs auxquels nous sommes soumis, elle vise à créer des informations indépendantes de tout point de vue personnel.

 

  • La méthode scientifique est la seule méthode auto-correctrice. La « vérité » n’est pas une valeur absolue en science. Les moyens de recherche évoluent au fil de l’Histoire, résultant en un enrichissement permanent des connaissances et des pratiques. L’un des principes de base de la science est de remettre constamment en question ses principes, et même de chercher à les infirmer. Certaines théories sont abandonnées, d’autres sont retouchées pour correspondre à la réalité, et d’autres encore sont inventées de toute pièce pour expliquer un nouveau phénomène.

Maintenant que le décor est planté, intéressons-nous brièvement à quelques reproches habituellement adressés à la science.

L’expérience du praticien ne suffit-elle pas ?

ou « Comment la science peut-elle juger un praticien qui a développé ses techniques pendant toute sa carrière ? »

Tout d’abord, la science ne renie pas l’importance de l’expérience et de l’observation : elle en est née ! L’expérience a permis se développer de nouvelles thérapies, validées ou non scientifiquement par la suite. Elle permet bien entendu aux praticiens de s’adapter au quotidien à chaque patient.

Cependant, il s’agit d’une arme à double tranchant ! Pourquoi ?

Il existe de nombreux biais cognitifs (c’est-à-dire des erreurs de raisonnement) dont nous sommes naturellement victimes lorsque nous analysons des évènements. Nous avons une forte tendance à surestimer notre capacité à comprendre les liens entre les choses. Par exemple, notre cerveau est très mauvais pour établir des liens de causalité (qu’est-ce qui a provoqué quoi).  Un thérapeute qui remarque qu’un patient est soulagé après l’utilisation d’une technique pensera très probablement que le soulagement est du à la technique utilisée. Cela est possible, mais il est incorrect d’établir ce lien simplement parce que l’un est arrivé juste après l’autre.

L’intérêt de la méthode scientifique est de ne pas tomber dans ces failles, afin de décrire la réalité de la manière la plus juste possible. Bien sûr, peu d’études sont exemptes de défauts, loin de là (et les scientifiques seront le premiers à vous le dire).

Aucune méthode n’est parfaite. Toutefois, il s’agit de la meilleure méthode connue à ce jour. Nous l’utiliserons donc autant que possible pour répondre aux questions liées au mal de dos.

Mon expérience personnelle ne suffit-elle pas ?

La réponse à la question précédente est globalement transposable à celle-ci.

Un exemple de causalité abusive pour le grand public pourrait être celui-ci. Une personne qui voit disparaître son rhume après avoir suivi un conseil attribuera volontiers sa guérison au conseil suivi. Le fait que l’application du conseil et la guérison du rhume coïncident dans le temps ne permet pas de dire que l’un a provoqué l’autre. Par exemple, le rhume serait peut-être disparu tout seul (ce qui est probable). D’autres conseils/remèdes auraient peut-être été associés à une guérison identique, plus courte ou plus longue… Comment le savoir ? En faisant des études scientifiques, pardi !

«  La science ne sait pas tout ! »

En effet. Et elle ne saura jamais « tout ». Il n’existe pas une quantité finie de connaissances à acquérir, dont nous nous approcherions progressivement. D’une part, comme dit précédemment, la science remet constamment en question ses résultats et ses principes. D’autre part, plus on en sait dans un domaine, plus on se rend compte que nos connaissances sont ridicules par rapport à la complexité du monde.

Doit-on pour autant considérer que tout se vaut ? Faut-il mettre au même niveau toutes les théories parce que nous ne savons pas tout sur tout ? Bien sûr que non. La science fournit à la fois de nombreuses connaissances et un mode de raisonnement logique qui permet d’appréhender de manière acceptable ce dont on n’est pas sûrs. Cette critique montre donc une incompréhension du mode de pensée scientifique, et limite la science à son deuxième sens (voir plus haut).

Évolution de l’article

Cet article est, comme tous les autres, voué à évoluer en fonction de vos réactions. À l’image de la méthode qu’il décrit, il sera corrigé en cas d’erreur et complété en cas de lacune. À vos commentaires !

En savoir plus

Je vous recommande chaudement l’ouvrage très complet de Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin : Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur la thérapie manuelle.

Ce livre traite examine les principales thérapies manuelles (ostéopathie, chiropraxie, étiopathie, et bien d’autres) dans le but d’analyser leurs fondements, leurs principes et leur niveau de preuve. Il donne tous les outils nécessaires à la réflexion et à l’esprit critique appliqué à la santé. Une véritable mine d’or pour le grand public comme pour les professionnels.

Introduction

Présentation du site

Comprendre Son Dos est un blog spécialisé dans les maux de dos (c’est-à-dire lombalgie, dorsalgie et cervicalgie) ainsi que les troubles qui peuvent en découler. Il est destiné aux personnes qui souffrent de ce type de douleur, quelle qu’en soit l’ancienneté, et à toute personne recherchant des conseils et des informations claires et basées sur les dernières recherches scientifiques.

Qui suis-je ?

Avant d’aller plus loin, il est temps que je me présente, au moins succinctement. Je m’appelle Eric, et je suis kinésithérapeute. J’exerce en cabinet libéral dans le centre-ville de Lyon.

La compréhension de la douleur et sa prise en charge sont des sujets qui me passionnent, et j’ai l’occasion au quotidien d’aider des personnes à gérer cette douleur. La recherche scientifique a permis des avancées gigantesques dans ce domaine, et je ferai de mon mieux pour vous la rendre accessible.

Pourquoi créer ce blog ? Que peut-il apporter de plus ?

Combien de fois a-t-on entendu dire que le mal de dos était le « mal du siècle » ? Compte-tenu du problème de santé publique majeur que représente le mal de dos, il existe quasiment autant de solutions proposées que de professionnels qui ont planché sur le sujet.

Les innombrables thérapies mises en avant, parfois de manière virulente, par leurs praticiens ne se révèlent jamais à la hauteur des espérances dès qu’elles passent à la moulinette scientifique.

Comment expliquer l’échec total du système de santé à endiguer cette épidémie ?

Comme dit précédemment, les connaissances sur le sujet ont fortement évolué depuis une quinzaine d’année. Pourtant, les pratiques et les discours n’ont pas changé à la hauteur de ces avancées… Ce décalage serait-il en partie responsable du manque d’efficacité des prises en charge actuelles ?

Avant de me décider à créer ce blog, j’ai effectué quelques recherches et j’ai navigué sur les différents sites francophones destinés au grand public à ce sujet. J’ai été effaré de constater le niveau de qualité des informations propagées. Entre les sites de laboratoire/fabricant, largement orientés vers la vente de leur produit, et certains sites prodiguant des conseils parfois dépassés, il est difficile pour une personne qui souffre de ne pas être perdue.

Bien entendu, je me focalise là sur les sites internet, mais les mêmes constats sont à faire dans les discours des professionnels de santé et dans les autres médias (nous aurons l’occasion d’y revenir, le plus tôt possible je l’espère).

Le fait de trouver des réponses différentes à une même question est décourageant et perturbant. Ce blog constituera bien évidemment une autre source avec des réponses parfois surprenantes, j’en suis conscient. C’est pour cette raison que j’essaierai de rester le plus clair et pédagogue possible. Je ferai de mon mieux pour contrôler la part inévitable de subjectivité qui se retrouvera dans mes articles.

L’objectif ultime de Comprendre Son Dos est donc de vous fournir des informations de qualité sur les questions liées au mal de dos et à la douleur en général, en se basant sur les meilleures preuves scientifiques disponibles.