Les accessoires correcteurs de posture : révolution ou effet de mode ? (La grande im-posture partie 2)

De nombreuses personnes ont développé des produits pour tenter de résoudre l’énigme que représente le mal de dos (qu’il s’agisse des lombalgies ou des cervicalgies). Chacune de ces innovations reflète une vision particulière de ce problème : leur mode d’action met en évidence ce que le développeur considère comme étant la « cause » de la douleur.

C’est ainsi que d’innombrables produits ont vu le jour : de l’appareil de traction à la ceinture lombale, en passant par les semelles d’acupression.  Bien entendu, certains peuvent vous soulager. Force est de constater cependant que le produit miracle n’a pas encore été trouvé.

Compte-tenu de l’idée reçue selon laquelle il faut se tenir droit pour ne pas avoir mal, certaines entreprises se sont tout naturellement tournées vers cette voie. Des exemples récents en sont Upright (un petit boitier collé au dos) et Percko (un tee-shirt seconde peau). Ce dernier ayant été plutôt bien médiatisé en France, j’ai choisi de l’étudier dans le reste de l’article.

Que peut-on attendre de ces accessoires ?

Y a-t-il des preuves d’efficacité ?

Ma démarche pour cet article

L’objectif est d’analyser un accessoire correcteur de posture, le tee-shirt Percko, et de le confronter aux données actuelles de la science. Je ne possède aucun conflit d’intérêt envers cette entreprise et je n’ai aucun intérêt à critiquer négativement leurs produits. Le seul but est d’éclairer vos choix et d’améliorer votre compréhension du corps humain.

J’ai échangé avec l’équipe de Percko par mail et par téléphone avant d’écrire cet article, pour mieux comprendre leur raisonnement.

Présentation du tee-shirt

La page de présentation du produit remplit sa fonction mieux que je ne saurais le faire. Cet article n’a pas non plus pour vocation de détailler précisément les caractéristiques techniques du produit.

Pour résumer, il s’agit d’un tee-shirt très fin, qui se porte sous les vêtements sans occasionner de gêne. Il est équipé de « tenseurs », qui sont en quelque sorte des élastiques intégrés dans la structure du tissu. Lorsque le porteur du tee-shirt adopte une posture avachie ou penchée en avant, il ressent la tension de ces structures élastiques, et ces dernières l’aident à se redresser.  Cela permet de « prendre conscience de votre mauvaise posture ».  Ces stimulations quotidiennes sont censées améliorer votre posture au long terme et diminuer votre douleur.

Il est destiné à toutes les personnes souffrant de lombalgies, sauf celles atteintes de pathologies rhumatismales inflammatoires.  Il ne se substitue pas à une prise en charge thérapeutique, mais agit en complément.

Parmi les conseils délivrés avec le produit, Percko suggère de ne pas porter le tee-shirt tous les jours.  Je trouve qu’il s’agit d’une bonne idée pour éviter de développer une dépendance au produit.

L’étude réalisée par l’entreprise pour tester son produit est abondamment citée pour affirmer une « efficacité » de son produit. Or cette étude, comme nous allons le voir, ne permet en aucun cas de tenir un tel discours

Explication du mode d’action par Percko

Pour l’instant, laissez moi détailler objectivement le raisonnement des créateurs, sans critique de ma part. Percko a réalisé une étude (disponible ici) en collaboration avec une école d’ostéopathie, dans laquelle ils décrivent leur raisonnement.

Explication par Percko

Le produit repose entièrement sur l’idée qu’une « mauvaise posture » (comprendre : une position penchée en avant)  est responsable de la plupart des maux de dos.

 

Raisonnement simplifié : « Les lombalgiques ont une moins bonne posture, ce qui créé une hyper-activité musculaire à l’origine de leurs douleurs. Il faut donc corriger leur posture pour diminuer leur douleur ».

Conclusion simplifiée : « Le tee-shirt arrive à améliorer la posture, donc il est efficace sur la douleur ».

Analyse du raisonnement

À propos de l’étude

Le positif : On peut saluer la démarche des créateurs qui ont cherché à tester leur produit. Il est déjà difficile de réaliser une étude de qualité en étant professionnel de santé chercheur, alors en étant commercial…

Le négatif : L’étude est très mauvaise, remplie d’incohérences, d’aberrations et démontrant un raisonnement douteux. Comme je l’ai dit plus haut, on ne pouvait pas s’attendre à un essai clinique phénoménal. Cependant les nombreuses failles du raisonnement n’ont pas de lien avec un manque de moyens. Ce qui m’embête le plus est que Percko cite cette étude pour affirmer l’efficacité de son produit, alors qu’elle ne permet pas du tout d’arriver à cette conclusion. La variable évaluée dans cette étude est la posture. Percko tire des conclusions sur la douleur. Il y a quelque chose qui coince !  C’est donc l’exploitation de l’étude plus que l’étude elle-même que je critique (on ne tire pas sur l’ambulance, comme on dit…).

Pour une critique plus axée sur la méthodologie de recherche par un ostéopathe, voir cet article.

À propos du raisonnement

Est-ce qu’une « mauvaise posture » génère forcément de la douleur ? Non, comme nous l’avons vu dans le précédent article. Pas besoin d’y revenir ici.

Est-ce qu’une « mauvaise posture » entraine forcément une hyperactivité musculaire ? Non, vous pouvez être habitués à une posture atypique et réussir à vous détendre dans celle-ci. Par ailleurs, certaines postures jugées mauvaises sont en réalité des solutions très économiques en énergie musculaire (telles que la position des cueilleurs de riz, vue dans l’article précédent).

Est-ce qu’une hyperactivité musculaire est forcément douloureuse ? Non, vous pouvez avoir (et vous avez probablement en ce moment) des muscles dits « tendus », ou « contracturés » sans même le sentir. Néanmoins, ce point est encore sujet à débat, car nous ne comprenons pas encore tout à fait le rôle des fameux trigger points dans le mal de dos. Affaire à suivre !

En définitive, il est possible que certaines postures soient retrouvées chez les personnes qui ont mal, mais nous ne pouvons pas dire que l’un est CAUSÉ par l’autre ! Les anglo-saxons disent « correlation does not imply causation » (Corrélation ne veut pas dire causalité). Sachez par exemple que le taux de divorce dans le Maine aux États-Unis est corrélé à la consommation par habitant de margarine. Peut-on en tirer quelque chose ? Non.

Explication alternative

Pourquoi ne pas reprendre le raisonnement de Percko à l’envers ?

Explication alternative

La douleur tend à provoquer une hyperactivité musculaire pour protéger la zone concernée. Cette augmentation de l’activité musculaire peut tout à fait altérer la posture, augmenter la raideur du tronc et empêcher d’adopter certaines positions  Les liens de causalité non prouvés peuvent être renversés et tout chambouler.

Ce schéma n’est pas une vérité absolue, mais est bien plus vraisemblable au vu des connaissances actuelles.

Conclusion sur les promesses faites

Soyons bien clairs : je ne dis pas que le tee-shirt Percko est inutile ou qu’il n’est pas efficace. Je n’ai pas les moyens de faire une telle affirmation. Cependant, j’apporte plusieurs arguments qui viennent tempérer les promesses faites par l’entreprise. Le but n’est pas de dire « Cela ne marche pas« , mais plutôt « Ce n’est pas aussi simple que cela » et « Il y a sûrement mieux à proposer« .

De la même manière, je ne vous conseille à aucun moment d’acheter ou de ne pas acheter ce produit. Comme toujours, le but est de vous informer pour que vous puissiez prendre une décision éclairée.

Je pense qu’il faut absolument changer les discours à propos de la posture. Stigmatiser certaines postures comme étant « mauvaises » et inciter les gens à tendre vers la sacro-sainte rectitude est contre-productif. Cela renforce les croyances négatives et génère un effet nocebo.

Pour rappel, cela signifie que pour une même posture, vous aurez plus mal si vous pensez que cette posture est mauvaise pour vous.  À une époque où de nombreuses personnes n’ont pas d’autre choix que d’être assis pour travailler, diffuser ce genre de message contribue réellement à la progression des pathologies liées au travail !

En quoi le tee-shirt Percko peut-il quand même être utile ?

Il ne serait toutefois pas honnête de conclure cet article en dépeignant ce tee-shirt comme le mal absolu. Il existe un point sur lequel je peux rejoindre les concepteurs de ce produit.

Le rappel élastique peut faciliter une prise de conscience de plusieurs positions, notamment « avachie » et « redressée ». Mieux ressentir la partie du dos endolorie et savoir différencier plusieurs postures légèrement différentes a un effet positif prouvé sur la douleur chronique.

De nombreuses personnes traversent leur existence sans jamais se soucier de ce que leur corps leur communique. La sensibilité de leur dos passe complètement à la trappe, et la seule sensation qui leur provient de cette région est la douleur. On fait difficilement mieux en termes d’association négative.

Ensuite, le fait de porter un tee-shirt « correcteur de posture » peut selon moi apporter une sensation de sécurité. Il est donc logique que cela influence le cerveau lorsqu’il décide ou non de créer de la douleur (rappelez-vous, le cerveau génère de la douleur lorsqu’il considère qu’une partie du corps est en danger). Qu’est-ce qui contribue à ces « messages de sécurité » ?

  • Le fait d’avoir une « seconde peau » protectrice
  • Le message de vente de l’entreprise, les promesses et les témoignages positifs de clients
  • Le prix payé
  • La sensation de se sentir plus droit
  • Les sensations tactiles liée au port du tee-shirt

Mon avis personnel

En définitive, je pense que la balance avantages/inconvénients penche beaucoup trop du côté négatif pour que je puisse conseiller ce produit.

 

Avez-vous déjà essayé un produit similaire ?

N’hésitez pas à réagir et à partager ! À bientôt 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *