Quel est le point commun entre la phobie des araignées, l’allergie au pollen et le mal de dos chronique ?

Je vous écris ce court billet de blog à la suite d'une discussion avec un patient ce matin.

Je lui ai proposé un exercice en position debout qui consistait simplement à s'enrouler vers l'avant, comme s'il allait toucher ses pieds, puis à revenir en position initiale.

Après quelques répétitions, il me demande d'un air suspicieux : " Mais là, mon dos... il est rond, non ? ".  Ce à quoi je lui réponds " Parfaitement rond, en effet !". 

Ce mouvement est associé chez lui à du danger, à cause de ses représentations sur le dos, et à cause de ses expériences personnelles : son lumbago s'est produit pendant le même mouvement !

C'est alors que je lui ai posé cette question : " Quel est le point commun entre la phobie des araignées, l'allergie au pollen et le mal de dos chronique ?"

Comment se débarrasse-t-on d'une phobie des araignées ?

L'une des approches utilisées en psychologie est l'exposition graduelle.

Il s'agit de s'exposer très progressivement à l'objet de la phobie dans un contexte de sécurité et sans en craindre les conséquences négatives. 

Voilà un exemple de progression (je ne suis pas du tout expert, c'est un exemple) : 

  • Discuter d'un sujet qui mentionne des araignées
  • Voir de loin une photo d'araignée, puis de plus près
  • Voir une fausse araignée, puis la toucher
  • Être en présence d'une araignée dans la même salle
  • etc.. jusqu'à prendre une araignée dans sa main

L'objet de la phobie est bien ce qui va constituer le traitement. Pas n'importe comment : de façon progressive et dans un contexte où la personne se sent en sécurité. 

Comment guérit-on d'une allergie au pollen ?

Lors d'une allergie, votre système immunitaire réagit de façon démesurée à une molécule normalement bien tolérée . La réponse immunitaire peut être très importante, allant jusqu'à l'oedème de Quincke.

Pour certains types d'allergie, il est possible de bénéficier d'une désensibilisation.  Le principe ? Exposer progressivement l’organisme à l’allergène afin que le système immunitaire finisse par le tolérer. 

Il s'agit d'un traitement au long cours, car l'organisme a besoin de temps pour s'adapter.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Comment se libère-t-on du mal de dos chronique ?

Il serait bien prétentieux (et faux) de répondre à cette question aussi rapidement.

Toutefois, l'exposition progressive aux mouvements et aux activités douloureuses semble réellement faire partie de la réponse.

Les douleurs persistantes semblent mettre en jeu à la fois des mécanismes psychologiques (d'où le parallèle avec la phobie) et des mécanismes neuro-immunitaires (d'où le parallèle avec l'allergie).

La recherche scientifique a encore du chemin à faire pour comprendre parfaitement les mécanismes en jeu dans la lombalgie chronique. Pour l'instant, nous disposons de plusieurs pièces du puzzle, et nous faisons de notre mieux pour les assembler de façon cohérente.

C'est tout pour ce petit article du vendredi !

Pouvez-vous trouver d'autres choses qui fonctionnent de la même manière que la phobie, l'allergie, etc ? Répondez-en commentaire !