Les compte-rendus de radiographie ou d'IRM sont souvent truffés de termes techniques. Quoi de plus frustrant que d'avoir son compte-rendu sous les yeux, et de ne pas le comprendre ? Qu'est-ce qu'une saillie discale, ou une perte de signal ?

Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez même vous inquiéter à ce sujet. Qu'est-ce que j'ai ? Est-ce grave ? Est-ce que cela va partir ?

Dans cet article, nous allons décortiquer les différences entre plusieurs termes médicaux : hernie discale, protrusion, bombement, discopathie, etc. Les informations données par la suite sont tout aussi importantes.

Un compte-rendu d'IRM ne détermine PAS le traitement.

Dans cet article je vous aide à mieux comprendre ce que signifient les mots sur le compte rendu, mais cet article ne détermine pas ce qu'il faut faire ou non. Ce sont deux choses entièrement différentes.

Cet article est un complément d'information à vos consultations avec des professionnels de santé (médecins, kinésithérapeutes,...). Un compte-rendu d'examen doit être interprété par ces professionnels pour lui donner du sens.

Illustrations originales Comprendre Son Dos.

Lexique des comptes-rendus d'IRM : le disque intervertébral dans tous ses états

Discopathie et dégénérescence discale

Qu'est-ce qu'un disque intervertébral ?

Un disque intervertébral est une structure fibreuse présente entre toutes les vertèbres de la colonne vertébrale (sauf entre C1 et C2). Il est composé d'une partie périphérique plus fibreuse, l'annulus fibrosus, et d'un noyau central plus gélatineux appelé nucleus pulposus

Voici un schéma qui présente les différentes parties du disque intervertébral.

Les composants d'un disque intervertébral

Définition d'une discopathie

Une discopathie est un terme général qui décrit une modification de la structure, de la composition chimique et des caractéristiques mécaniques d'un disque intervertébral. 

Les prochaines catégories font partie de ces discopathies.

Ce ne sont pas des maladies en tant que telles, car elles sont également largement retrouvées dans la population n'ayant pas mal au dos.

Un article complet est dédié aux discopathies dégénératives : Tout savoir sur la discopathie dégénérative L5-S1 .

Déshydratation discale et perte de signal

Vos disques intervertébraux adorent l'eau, et en contiennent énormément. 

Parfois, il arrive que certains disques contiennent moins d'eau que les autres, notamment au fil des années. On parle alors de déshydratation discale

Sur une Imagerie par Résonance Magnétique (IRM), le signal perçu au niveau de ce disque est alors plus faible. On décrit ce phénomène comme une perte de signal.

Comme nous le verrons plus tard dans l'article, ce type de modification fait partie des plus fréquemment retrouvées dans la population générale.

Perte de hauteur discale ou pincement discal

Le pincement discal correspond à une perte de hauteur du disque intervertébral. Il est parfois qualifié de pincement intersomatique, car cela se passe entre deux corps vertébraux ("soma" signifie "corps" en grec). On trouve aussi parfois le terme d'affaissement discal.

Il apparaît alors plus mince sur l'IRM. On le devine également sur une simple radiographie lorsque l'espace entre deux corps vertébraux (les carrés sur les clichés) est plus petit qu'habitude. 

La perte de hauteur du disque peut se faire de deux façons différentes, décrites ci-dessous.

Pincement discal intersomatique global

Vue de côté

Pincement discal global

Dans ce cas, la perte de hauteur du disque se fait autant à l'avant qu'à l'arrière de ce dernier.

Pincement discal intersomatique postérieur

Vue de côté

Pincement discal postérieur

Ici, le disque est davantage aminci dans sa partie postérieure.

Fissure annulaire, radiale ou concentrique

L'annulus fibrosus, c'est-à-dire la partie périphérique du disque, est constitué de 10 à 20 couches de collagène superposées les unes sur les autres afin de former un ensemble très résistant (la partie verte foncée des schémas). 

Une fissure annulaire est une ouverture au sein d'un ou plusieurs couches de collagène à ce niveau. Le nucleus pulposus occupe alors cet espace en absorbant davantage d'eau dans le milieu environnant. 

Fissure annulaire radiale ou concentrique

En fonction de sa localisation, la fissure peut être qualifiée de radiale (R) ou de concentrique (C), sans que cela ne nous informe davantage sur sa cause ou son évolution.

Cette fissure n'est pas nécessairement le résultat d'une blessure, et elle n'est pas forcément responsable de douleurs. L'évolution des disques est fortement influencée par notre génétique, et plus faiblement par notre activité physique. 

Signes de Modic

Les signes de Modic sont des modifications observées à l'IRM au niveau des plateaux vertébraux d'une ou plusieurs vertèbres. Les plateaux vertébraux se trouvent, schématiquement, au dessus et en dessous de chaque vertèbre (voir le schéma en début d'article).

Un article complet sur ces signes de Modic est disponible ici : Tout savoir sur les signes de Modic .

Bombement discal ou débord discal

Il s'agit d'un disque chez lequel le contour de l'annulus est plus large qu'en temps normal. 

Il dépasse alors le bord de la vertèbre, et prend alors un peu plus de place dans le canal vertébral (l'endroit par lequel passe la moelle épinière puis les racines nerveuses). 

Bombement discal ou débord discal

Cela peut se produire sur toute sa largeur (bombement circonférentiel), ou de façon plus marquée à un endroit du disque. Les termes alors utilisés sont décris dans la section "Localisation de la hernie".

Un bombement discal n'est pas une pathologie en soi et peut être dû à différents facteurs (pincement discal, morphologie du disque, etc  )

Rien ne permet de dire qu'une hernie surviendra plus tard parce qu'il existe un bombement actuellement. Cela me semble être un détail important car je ne compte plus les fois où je lis des commentaires tels que "Vous avez un bombement, cela va se transformer en hernie".

Hernie discale

Le terme de hernie discale regroupe un ensemble d'entités différentes que nous allons décrire en détail ci-dessous.  Les questions au sujet des hernies discales lombaires non opérées sont regroupées dans cet article : Tout savoir sur la hernie discale lombaire non opérée .

La hernie discale désigne l'expansion du noyau pulpeux du disque en dehors de son anneau fibreux. Le noyau profite d'une brèche dans l'annulus pulposus pour absorber encore plus d'eau et s'expandre à travers cette brèche.

Le noyau pulpeux est toujours présent à l'intérieur du disque, mais il présente désormais une "extension", un fragment en dehors de celui ci.

Protrusion discale ou saillie discale

Nous parlons de protrusion discale ou de saillie discale lorsque le fragment de disque est fortement attaché au reste du disque par sa base.

Protrusion discale vue latérale

Vue de côté

Protrusion discale vue supérieure

Vue de dessus

Extrusion discale ou hernie exclue

Nous parlons d'extrusion discale ou de hernie exclue lorsque la partie qui relie le fragment au reste du disque est plus mince que le fragment en lui-même.

Hernie exclue ou extrusion discale vue latérale

Vue de côté

Hernie exclue ou extrusion discale vue latérale

Vue de dessus

Séquestration discale ou fragment libre

Nous parlons d'hernie séquestrée ou de fragment libre lorsque le fragment de disque n'est plus du tout relié au reste du disque intervertébral. 

Il s'agit du type de hernie qui a le plus de chances de se résorber naturellement (96% de chances) car le fragment libre est très vulnérable aux attaques de votre système immunitaire.

Séquestration discale ou fragment libre vue latérale

Vue de côté

Séquestration discale ou fragment libre vue supérieure

Vue de dessus

Localisation de la hernie

La première indication qui explique la localisation d'une hernie est le niveau du disque sur laquelle elle est présente. Une hernie L4-L5 se trouve au niveau du disque intervertébral entre les vertèbres L4 et L5.

La description d'une hernie discale dépend également de sa position par rapport au disque et au canal vertébral. Il existe alors différentes possibilités, décrites ci-dessous.

Protrusion discale postéro médiane
Médiane ou postérieure ou postéromédiane

Lorsque la hernie discale se trouve pile poil en arrière et au centre, on dit qu'elle est médiane, postéromédiane ou simplement postérieure

Protrusion discale paramédiane
Paramédiane

Lorsque la hernie discale est légèrement décalée sur le côté, on dit qu'elle est paramédiane.

Protrusion discale postéro-latérale
Postéro-latérale

Lorsque la hernie se trouve en arrière et sur le côté, on dit qu'elle est postéro-latérale

C'est la localisation la plus fréquente des hernies discales en raison de l'anatomie de la zone.

Protrusion discale foraminale
Foraminale

Lorsque la hernie se situe en arrière et franchement sur le côté, elle se retrouve au niveau du foramen intervertébral. C'est-à-dire au niveau du trou par lequel sort la racine nerveuse à ce niveau. On dit alors que la hernie est foraminale

Ce n'est pas forcément un problème pour la racine nerveuse, car cette dernière n'occupe naturellement qu'un tiers du foramen. Elle a de la marge !

Dans le cas peu fréquent où la hernie se situe après le foramen, elle est dite extra-foraminale.

Conflit disco-radiculaire (ce que c'est)

Lorsque le disque intervertébral occupe plus de place dans le canal vertébral (du fait d'un bombement ou d'une hernie), il peut entrer en contact avec le système nerveux qui passe par là. Ce rapport entre le disque et le système nerveux peut être décrit de différentes façons.

Le terme de conflit disco-radiculaire décrit un contact entre le disque (disco) et une racine nerveuse (radiculaire). Le disque peut alors simplement venir au contact, ou bien refouler la racine.

Vous trouverez parfois le terme de fourreau dural. Il s'agit d'une enveloppe présente autour des racines nerveuses en dessous du niveau de la deuxième vertèbre lombaire. Comme un sac qui entoure et protège les racines nerveuses qui forment la fameuse queue de cheval à cet endroit. Le disque peut alors laisser une empreinte sur cette enveloppe, en la déformant ou non.

Conflit disco-radiculaire (ce que vous devez savoir)

L'idée d'une hernie qui vient appuyer sur un nerf est sacrément désagréable et anxiogène ! Suffisante même pour accentuer la douleur, si l'on se concentre dessus.

Pourtant, les nerfs sont très difficiles à "bloquer" ou à "comprimer".

Imaginez attraper un spaghetti huilé avec vos doigts. Le spaghetti échapperait sans cesse à la pression de vos doigts. Vous ne pourriez pas non plus l'écraser, car il glisserait toujours là où il y a de la place.

La situation est similaire avec notre histoire de conflit disco-radiculaire. Les racines nerveuses sont rarement réellement comprimées par les hernies. Elles sont encore plus rarement "coincées", ce que l'on entend pourtant régulièrement dans le langage courant !

La présence d'un conflit disco-radiculaire ne détermine pas la santé de votre racine nerveuse. Un bilan neurologique réalisé par un professionnel de santé, par contre … Évaluer la sensibilité, la force musculaire et les réflexes permet de se faire une idée de comment votre nerf fonctionne.

Un article complet sur la sciatalgie et la cruralgie est disponible ici : Tout savoir sur la sciatalgie et la cruralgie.

3 choses à savoir impérativement

Quel pourcentage de la population possède ces choses-là sans le savoir ?

La première chose à savoir est que toutes ces choses sont également retrouvées chez les personnes qui n'ont PAS mal au dos.

C'est-à-dire qu'une partie de la population possède une discopathie dégénérative, un bombement ou encore une hernie discale sans le savoir, car elle n'a aucun symptôme ni limitation au quotidien.

Le tableau ci-dessous vous montre quel pourcentage de la population asymptomatique (sans douleur) possède chacun des changements que nous avons décrit, par tranche d'âge.

Prévalence des changements à l'IRM des personnes sans mal de dos

Données issues de la revue systématique de Brinjikji & al 2015 (lien Pubmed)

Ce tableau nous montre par exemple que :

  • 30% des personnes de 20 ans qui n'ont pas mal au dos ont un bombement discal.
  • 33% des personnes de 30 ans qui n'ont pas mal au dos ont une protrusion discale.  
  • 80% des personnes de 50 ans qui n'ont pas mal au dos ont une discopathie dégénérative.  

Qu'est-ce que cela veut dire ?

Cela veut dire que parmi les choses trouvées à l'IRM, toutes ne sont pas responsables de la douleur. 

Certaines sont des changements normaux dus à l'âge. D'autres ont un rôle mineur dans les douleurs, et n'ont pas besoin de changer pour que la douleur ne disparaisse.

Je ne dis pas que ces changements n'ont jamais d'importance. Parfois, ils en ont ! Ce n'est simplement pas le cas dans beaucoup de situations.

Comment évoluent ces résultats au fil du temps ?

Contrairement à une idée reçue, une discopathie ou un bombement ne se transforme pas nécessairement en hernie discale.

L'évolution de ces structures est difficile à prévoir, et elle est principalement sous influence génétique. Les activités physiques et sportives ont une faible influence par rapport à notre patrimoine génétique. (Battié 2009)

Les disques intervertébraux sont des tissus VIVANTS, capables de s'adapter et de se réparer au fil du temps.

Quel pourcentage des hernies discales se résorbe naturellement ?

La dernière méta-analyse sur le sujet (Wang 2020) tire la conclusion suivante : environ 63% des hernies discales non opérées régressent.

Cette probabilité dépend du type de changement observé : 13% des bombements discaux régressent, ainsi que 41% des protrusions discales, 70% des extrusions discales et 96% des séquestrations discales. (réf)

Plus la hernie est marquée, plus elle est vulnérable aux attaques de votre corps qui vient la résorber.

L'histoire naturelle des hernies discales est variable et incertaine, mais elle est positive dans la majorité des cas ! Votre corps évolue et s'adapte tout au long de votre vie.

Recevez gratuitement 5 vidéos pour enfin vous libérer du mal de dos

  • Des dizaines de conseils pratiques et d'exercices basés sur les dernières études scientifiques
  • Les pièges à éviter à tout prix
  • Tout ce que VOUS pouvez mettre en place pour vous libérer du mal de dos

Que faut-il faire ?

La simple découverte d'une protrusion, d'un bombement ou d'une hernie n'entraine AUCUN traitement en particulier ni aucun pronostic.

Le traitement dépend essentiellement de vos symptômes et du bilan des professionnels de santé. 

La première chose que font les professionnels de santé est d'écarter les risques de pathologie grave ou de compression nerveuse sévère (en vérifiant par exemple votre force musculaire, votre sensibilité et vos réflexes).

Lorsque ces risques sont écartés, une prise en charge non chirurgicale est conseillée dans un premier temps. Le kinésithérapeute devient alors un allié de choix dans votre progression : reprise des mouvements, techniques anti-douleur, gestion de vos activités, gestion de l'appréhension dans certains gestes, etc.

Vous êtes actuellement dans une situation effrayante, et beaucoup de questions peuvent fuser dans votre esprit. Vais-je récupérer ? Vais-je finir dans un fauteuil roulant dans 10 ans ?  Néanmoins, il existe des solutions pour sortir de cette situation délicate, et reprendre confiance en ses capacités.

En parallèle d'une prise en charge avec des professionnels de santé formés à ce genre de problèmes, les articles de Comprendre Son Dos regorgent d'informations utiles pour vous aider à accomplir vos objectifs.

Conclusion

Nos examens sont maintenant très précis et permettent de décrire avec précision différents états des disques intervertébraux. 

Néanmoins, comme dit plus haut, ces changements ne sont pas forcément problématiques. On retrouve des discopathies et des hernies discales chez des individus qui n'ont pas mal au dos. On peut également avoir de fortes douleurs sans que de tels changements ne soient repérés à l'IRM.

Si ces termes peuvent être effrayants lorsqu'on les lit sur notre propre compte-rendu, la réalité est souvent bien plus rassurante et nuancée. 

Ces changements ne déterminent PAS ce que vous êtes capables de faire.

Pour aller plus loin

Sources

La classification décrite dans cet article se base sur l'article de consensus le plus récent que j'ai trouvé à ce sujet : Lumbar Disk Nomenclature : version 2.0 .

Les autres références bibliographiques sont présentes dans le texte.

>
70 Partages
Tweetez
Partagez70
Partagez
%d blogueurs aiment cette page :