Vous venez de bénéficier d'une infiltration épidurale lombaire et vous vous demandez quelles sont les meilleures positions et les meilleurs exercices à faire suite à cette injection. Vous vous demandez combien de temps vous devriez vous reposer et éviter de faire des efforts.

Dans l'article précédent (Infiltrations épidurales : effet au bout de combien de temps ?), nous avions répondu à toutes les questions que vous aviez en tête AVANT une infiltration. Ici, nous allons éclaircir tout ce qui se passe après celle-ci. 

Ce qui va suivre correspond aux conseils donnés aux patients qui viennent recevoir des infiltrations lombaires à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, dans lequel je travaille. Sans plus attendre, c'est parti !

Combien de temps faut-il se reposer après une infiltration lombaire ?

C'est la question la plus fréquente, et paradoxalement celle à laquelle on ne sait pas répondre avec précision. La plupart des autres sites internet, francophones ou anglophones, affirment qu'il faut respecter des délais précis.

On parle souvent de 24h à 48h de repos relatif, parfois plusieurs heures de repos strict imposés, etc. Bref, les conseils sont différents d'un endroit à un autre, y compris entre deux hôpitaux !

Sauf que... ces recommandations ne viennent d'aucune source. Contrairement aux recommandations après une chirurgie de hernie discale, celles-ci n'ont pas été testées ou prouvées scientifiquement à ma connaissance. 

Je n'ai pu trouver que les recommandations de la Société Française de Rhumatologie, qui préconisent de ne pas immobiliser systématiquement l'articulation infiltrée.

Dans notre service de rhumatologie, nous vous conseillons de poursuivre vos activités quotidiennes, en évitant les efforts intenses (porter des charges, par exemple) pendant 24h à 48h. Vous pouvez vous reposer en position allongée pendant quelques heures au maximum, si vous en ressentez le besoin.

Le repos relatif suite à une infiltration du bas du dos se limite donc à 48 heures. En dehors de ce délai, il reste bien évidemment important de bien doser ses activités, et de reprendre progressivement celles que vous aviez arrêtées depuis un moment. 

Quelles positions faut-il adopter ou éviter juste après l'infiltration ?

Sur ce point aussi, les recommandations sont essentiellement des avis d'experts, non basés sur des études. Personnellement, je recommande de ne pas s'interdire de positions et de simplement bouger régulièrement.

On peut éventuellement conseiller de ne pas maintenir certaines positions de façon prolongée. Qu'est-ce que cela signifie ? 

Les positions comme la position accroupie, debout penché en avant,  ou assis dans un canapé bas ont toutes en commun d'emmener le bas du dos en flexion. Ce sont des positions entièrement valables et importantes pour votre dos. Seulement, dans les 24h à 48h suivant l'infiltration, il vaut peut-être mieux d'éviter d'y rester longtemps.

En ce qui concerne la conduite, les consignes sont également différentes d'un centre à un autre. Vous pouvez conduire après votre infiltration, en évitant toutefois un trajet trop long (disons supérieur à 30 minutes) et en adaptant si besoin votre position de conduite pour qu'elle soit confortable.

Nous gardons donc ici une certaine cohérence avec le reste : éviter de rester longtemps en fin d'amplitude lombaire et être à l'écoute de vos sensations.

Dans quelle position dormir la nuit suivant l'infiltration épidurale ?

Dans la nuit qui suit l'infiltration lombaire, vous pouvez dormir dans la même position que d'habitude. Que vous préfériez dormir sur le dos, sur le côté ou sur le ventre, vous n'avez pas besoin de changer vos habitudes. 

Si vous ressentez davantage de douleurs au bas du dos suite à l'injection, vous pouvez tout à fait modifier temporairement votre position de sommeil. Avec un coussin, par exemple (sous les genoux quand vous êtes sur le dos, entre les genoux si vous êtes sur le côté, etc) ! Vous trouverez d'autres idées pour le sommeil dans cet article.

Quels exercices puis-je faire pour accompagner l'action de l'infiltration ?

De mon point de vue de kinésithérapeute, il me semble utile de pratiquer régulièrement des exercices en complément des infiltrations. Certains disent que les mouvements pourraient aider à diffuser le produit dans le dos, mais je vous avoue que je n'ai jamais vu d'étude à ce sujet. Il me semble en tout cas que les exercices ne peuvent pas être néfastes, surtout s'ils sont bien dosés.

Dans les jours qui suivent l'infiltration, je vous conseille de pratiquer les étirements "classiques" et de reprendre progressivement les exercices plus actifs et physiques (comme les squats, la course à pied, le port de charges). 

Dans la vidéo qui suit, vous pouvez voir des exemples de mouvements proposés à la Salpêtrière à chaque jour d'infiltration. Il n'existe pas d'exercice "idéal" dans cette situation !

Bien entendu, il s'agit d'un programme généraliste que nous adaptons à chaque personne en fonction de ses douleurs, de ses capacités, de ses sensations, etc. L'apprentissage du dosage des exercices est une part intégrante de ces séances.

Quand puis-je reprendre le sport ?

Au delà des 24h à 48h de repos relatif, vous pouvez reprendre vos activités sportives. Bien entendu, ce conseil est à adapter à chacun d'entre vous, en fonction de votre situation actuelle et du type de sport que vous souhaitez pratiquer. Parlez-en aux professionnels de santé qui vous suivent, afin d'obtenir un avis plus individualisé.

Gardez à l'esprit que l'infiltration ne retire pas instantanément et définitivement la douleur et l'inflammation. D'une part, il y a le délai d'action, dont nous avions parlé dans le précédent article.

D'autre part, vos actions ont aussi un rôle important dans l'évolution de cette douleur et de cette inflammation. Une reprise trop rapide et brutale d'une activité sportive peut contribuer à sensibiliser votre corps. Voilà un article qui explique comment reprendre ses activités physiques préférées.

Recevez gratuitement 5 vidéos pour bouger plus facilement et reprendre vos activités préférées

  • Des dizaines de conseils pratiques et d'exercices basés sur les dernières études scientifiques
  • Les pièges à éviter à tout prix
  • Tout ce que VOUS pouvez mettre en place pour vous libérer du mal de dos

Votre adresse mail est collectée pour vous faire parvenir du contenu supplémentaire gratuit ou payant, dans le strict respect de la réglementation européenne sur la collecte des données. Vous pouvez vous désabonner à n'importe quel moment en cliquant sur le lien présent à la fin de chaque mail.

Ai-je besoin d'un arrêt de travail après mon infiltration lombaire ?

Un court arrêt de travail peut être proposé dans certains cas, mais il n'est pas du tout obligatoire. Une fois de plus, la décision se prend au cas par cas, avec votre médecin.

Si votre activité professionnelle peut être un frein à l'effet des corticoïdes et à votre rétablissement, c'est un argument en faveur d'un arrêt de travail. Celui-ci sera donc prescrit avec une durée relativement courte, en s'assurant que vous vous sentez prêt(e) à retourner au travail.

Vers l'infiltration et au delà ?

Lorsqu'elles sont bien indiquées, les infiltrations peuvent vous apporter un soulagement important et très appréciable. L'aventure ne s'arrête pas là pour autant ! Pour aller encore mieux et ne plus devoir faire attention à votre dos, d'autres actions valent la peine d'être mises en place. 

Que pouvez-vous faire pour continuer à prendre soin de vous ? Il existe énormément de possibilités, et je serais bien imprudent si je donnais une feuille de route à suivre par tous. Voilà 54 idées d'actions en cas de lombalgie chronique, pour vous inspirer. 

Bonne continuation à tous

Éric

Catégories : AgirNouveau

7 commentaires

Emmanuelle · 19 juin 2024 à 3:45 pm

Bonjour Eric, je m’apprête à recevoir une infiltration bilatérale sous scanner L4L5 demain, ayant une sciatique aiguë depuis deux mois. La vertèbre auparavant instable a glissé (antelisthesis) et il est question d’une intervention chirurgicale de décompression – stabilisation à court-moyen terme.
Ayant fait de la kiné ces 2 dernières années et m’étant formée au Pilates récemment, ma question est celle du dernier recours: : y a t- il une méthode ou thérapie qui permettrait de ralentir, voire d’inverser le processus de glissement, ou de limiter la douleur et l’inflammation, sachant que je n’ai que 56 ans et que je pratique régulièrement le yoga, le qi gong et le Pilates (instructeur) ? Certaines méthodes (ex Mezieres?) Ou approches sont-elles plus indiquées que d’autres, plus classiques?
Merci pour votre éclairage
Emmanuelle

    Eric Bouthier · 20 juin 2024 à 4:02 pm

    Bonjour Emmanuelle,
    Merci pour votre message. Concernant le processus de glissement, il n’y a pas (à ma connaissance) de preuves qu’une méthode de rééducation permettrait de ralentir ou d’inverser ce processus, hélas.
    Pour la douleur, toutes les approches actives (avec des mouvements, des choses que l’on met en place soi-même au quotidien) partagent globalement des résultats similaires. La différence se fera par exemple au niveau de votre appétence pour ces différentes approches, ou du sentiment de confiance et des capacités d’auto-gestion de la douleur qu’elles vous apportent. La régularité est également essentielle, ainsi qu’un dosage adapté (ni trop intense, ni trop peu).

    Je vous souhaite bon courage dans votre récupération
    Eric

Michel · 11 avril 2024 à 8:56 am

Bonjour. Je dois subir une epidurale lombaire un vendredi AM . Puis je reprendre ma seance de Pilate le mercredi matin qui suit ou vaut il mieux attendre une semaine de plus ? Merci

    Eric Bouthier · 11 avril 2024 à 8:52 pm

    Bonjour, cinq jours d’écarts me semble amplement suffisants, les précautions post-infiltration se limitent habituellement au maximum à 48 heures.

Henry · 6 avril 2024 à 12:16 pm

Bonjour,
Je me suis fait infiltré jeudi et mardi qui vient (nous sommes samedi) je dois faire 4h de route aller et 4h de route retour , pensez vous que ce soit possible pour moi ?

    Eric Bouthier · 6 avril 2024 à 12:26 pm

    Bonjour Henry, effectivement cela fait un sacré périple pour aller faire cette infiltration. Si le médecin a donné son accord je pense que cela est possible, avec peut-être quelques précautions : s’assurer que le poste de conduite est confortable, quitte à rajouter un petit coussin dans le bas du dos si le siège conducteur ne vous soutient pas assez ; et sans doute encore plus important : faire une ou plusieurs pauses pour bouger pendant le trajet. En résumé : position de conduite confortable et pauses/mouvements réguliers. N’hésitez pas à nous faire un retour après !

lucas · 22 janvier 2024 à 10:43 pm

Merci Eric pour vos explications très professionnelles et claires.

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.