Pourquoi est-ce que j'ai une hernie discale lombaire ? Pour certains d'entre vous, la présence d'une hernie discale est une terrible nouvelle, surtout quand elle est associée à de la douleur. Qu'ai-je fait ? Pourquoi est-ce que cela m'arrive ? Aurais je pu éviter cela ? La cause des hernies discales n'est pas si claire que cela, et cela peut facilement vous inquiéter.

Croyez le ou non, mais de nombreux chercheurs et professionnels de santé se frittent encore quotidiennement sur le sujet. Je vais essayer de vous fournir un résumé digeste et utile des données actuelles.

Avertissement : dans cet article comme dans tous les autres, hernie discale et mal de dos ne sont pas des synonymes. Ce que je vais décrire s'applique à la hernie discale, pas forcément au mal de dos.

Qu'avez-vous déjà entendu sur le sujet ?

Habituellement, on entend que la hernie discale est provoquée par un mouvement brusque en flexion lombaire (voire flexion et rotation lombaire). La répétition de mouvements en flexion (le fait de se pencher de façon répétitive) est également incriminée.

L'influence des mouvements et des efforts sur la colonne lombaire est honnêtement complexe et difficile à vulgariser. Néanmoins je vais tâcher de rendre tout cela clair et concis.

Est-ce que j'ai une hernie discale parce que je me suis penché en avant ?

Avant toute chose, je rappelle que les disques intervertébraux sont SOLIDES. Ceci étant dit, comme n'importe quelle partie du corps, ils ne sont pas indestructibles. Le type de mouvement qui peut les affecter est notamment la flexion accompagnée d'une charge importante. La flexion est le mouvement qui se produit lorsque l'on se penche en avant, par exemple.

Attention, vous pouvez ramasser vos chaussettes sans crainte. On commence à se poser la question de la "technique" lorsque l'on ramasse une charge lourde. Ou si vous devez répéter le mouvement de nombreuses fois.

Il est probable que des hernies discales se forment aussi sans qu'il n'y ait eu d'évènement traumatique ou de port de charge lourde. Je suppose que d'autres facteurs peuvent jouer un rôle (voir la section un peu plus bas !).

En définitive, cela ne devrait honnêtement pas modifier grandement votre façon de bouger. Ce que les chercheurs en biomécanique recommandent, c'est d'éviter d'arrondir complètement le dos lorsque vous portez une charge lourde et/ou répétée. En dehors de ce cas de figure, vous avez totalement le droit de vous pencher en avant. C'est un mouvement banal et sûr du quotidien.

Faisons une petite comparaison avant de passer à la suite. Les tendons peuvent s'abîmer en cas de sur sollicitation, comme tous les autres tissus du corps. Pourtant, on continue bien à les utiliser au quotidien. Tout est poison, rien n'est poison, c'est la dose qui fait le poison - Paracelse.

"Je sais très bien d'où vient ma hernie discale"

Si certains d'entre vous ont découvert une hernie discale après un mouvement en particulier ("c'était en février 2020, je ramassais un pack d'eau au sol.."), voilà quelques détails qui me semblent important.

Il est difficile de savoir si c'est bien ce mouvement qui a créé la hernie. On retrouve des hernies discales dans une partie importante de la population asymptomatique (sans douleur lombaire).

À l'occasion d'une accumulation de facteurs de stress, une hernie discale peut devenir symptomatique, après des années d'invisibilité. Un effort inhabituel lié à une situation de vulnérabilité peut tout à fait être responsable de cela.

On passe rarement une IRM du dos lorsque l'on n'a pas mal. Toute "anomalie" détectée après le début des douleurs est alors pointée du doigt comme la source de la douleur. Pourtant, on ne sait pas si elle était déjà présente avant ou non.

Enfin, si votre compte bancaire passe en déficit après avoir acheté un sandwich, vous n'accusez pas le sandwich de vous avoir mis dans cette galère.

C'est l'image de la goutte d'eau qui fait déborder le vase : si un mouvement s'accompagne d'une hernie discale, ce n'est pas forcément le mouvement en lui-même qui est mauvais, mais plutôt l'accumulation de facteurs de risque en amont.

Quels peuvent être ces autres facteurs de risque ?

Quels autres facteurs affectent les disques intervertébraux ?

Le problème, pour comprendre l'influence des différents facteurs sur la colonne vertébrale, c'est qu'il faudrait suivre des jumeaux au style de vie différent. Compliqué..

Ah, on me dit à l'oreillette que de telles études existent !

Une étude publiée en 2009 dans The Spine Journal s'est intéressée aux facteurs qui influencent la dégénérescence des disques intervertébraux. Pour cela, ils ont recruté de nombreux jumeaux (possédant donc les mêmes gènes) et les ont suivi au fil des années. 

Vous ne croirez jamais ce que les chercheurs ont trouvé. Je vais tout de même vous le dire. Quels sont les résultats de cette étude ?

Malgré un style de vie parfois diamétralement opposé, la colonne vertébrale des jumeaux évolue de façon similaire. Par exemple, lorsqu'un jumeau exerce un métier éprouvant physiquement et que l'autre exerce un métier sans effort particulier, leurs dos suivent à peu près la même évolution. Pourtant, nous aurions eu tendance à penser que le premier jumeau "abimerait" davantage son dos. Il n'en est rien !

  • Les contraintes et les efforts du quotidien (en rouge sur le graphique) n'expliqueraient qu'un faible pourcentage de la dégradation des disques.
  • Le facteur le plus important est l'influence génétique (représentée en vert).
  • L'âge influence également significativement la dégénérescence discale.
  • Le tabagisme semble avoir un léger effet délétère.
  • Enfin, un pourcentage non négligeable est attribué à des facteurs encore inconnus, notamment au niveau L4-L5-S1. 

En définitive il semble que la sollicitation quotidienne du dos participe à l'usure des disques beaucoup moins que prévu. Faut-il alors investir une énergie monstre pour éliminer ce facteur ? C'est justement ce que nous allons développer ci-dessous.

De plus, vous pourriez être intéressés par l'article complet sur la discopathie dégénérative et par l'article sur les 27 idées reçues sur le mal de dos.

Recevez gratuitement 5 vidéos pour bouger plus facilement et reprendre vos activités préférées

  • Des dizaines de conseils pratiques et d'exercices basés sur les dernières études scientifiques
  • Les pièges à éviter à tout prix
  • Tout ce que VOUS pouvez mettre en place pour vous libérer du mal de dos

Votre adresse mail est collectée pour vous faire parvenir du contenu supplémentaire gratuit ou payant, dans le strict respect de la réglementation européenne sur la collecte des données. Vous pouvez vous désabonner à n'importe quel moment en cliquant sur le lien présent à la fin de chaque mail.

"Est-ce que j'ai une hernie parce que je n'ai pas fait assez attention ?"

Que veut dire "faire attention", exactement ? 

Beaucoup de patients me disent qu'ils auraient pu éviter leur hernie discale s'ils avaient fait attention. Lorsque je leur demande plus de précisions, cela correspond souvent à ne pas arrondir le dos et à ne pas porter de charges. Je pense que cela ne choque aucun d'entre vous.

Pourtant, lorsque l'on creuse davantage, on se rend compte que de telles précautions n'empêchent pas le développement de hernies discales ! En dehors de cas particuliers comme le port de charges lourdes, prendre des précautions risque de ne pas faire de différence.

Une vie entière de précautions sans garantie d'efficacité ? Personnellement, je laisse tomber volontiers cette offre.

Pire encore, de telles précautions pourraient vous amener à diminuer votre niveau d'activité physique et ainsi menacer votre santé physique et mentale.

"Est-ce que j'ai une hernie parce que je ne suis pas assez musclé du dos ?"

À l'heure actuelle, nous n'avons pas de raison de penser qu'une hernie discale survient à cause d'un déficit musculaire.

On retrouve des hernies parmi des personnes sédentaires, mais également chez des sportifs de haut niveau qui n'ont aucun "déficit" au niveau musculaire.

Comme dit précédemment, la majorité des hernies discales ne semble pas liée à l'activité physique.

Le mal de dos, lui, est corrélé dans plusieurs études à un style de vie sédentaire, mais n'oubliez pas que hernie et mal de dos sont mal corrélés.

Cela veut-il dire que vous devez laisser tomber le renforcement musculaire ? Certainement pas ! 

Le renforcement musculaire peut vous aider via la sécrétion d'endorphines, via une reprise de confiance, et bien d'autres mécanismes encore.

Il s'agit simplement de reconnaître que la solution est plus complexe qu'un simple "être plus musclé pour avoir moins mal". D'ailleurs, vous connaissiez le piège du gainage pour le mal de dos ?

Pour aller plus loin

Cet article fait partie d'une série d'articles concernant la hernie discale. Vous trouverez la réponse à la plupart de vos questions dans l'un de ces articles.

En voici trois en lien avec le thème de cet article.

Comprendre la hernie discale en 5 minutes

Guide des traitements non médicamenteux de la hernie discale lombaire

Vivre avec une hernie discale : activités, quotidien, astuces (bientôt disponible)

Catégories : Comprendre

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

37 Partages
Tweetez
Partagez37
Partagez