En tant que professionnel de santé, je suis quotidiennement exposé aux témoignages de personnes souffrant de mal de dos.

Leur parcours est jalonné de plus ou moins de professionnels : parfois le strict minimum, parfois une pléthore de professionnels divers et variés. Comme vous, ces personnes ont reçu différentes explications au sujet de leurs douleurs lombaires. 

Malheureusement, j'entends régulièrement des bêtises qui m'attristent énormément. Je prends ici comme exemple le fameux "bassin déplacé", mais tout cela s'applique à bien d'autres choses. 

Nous verrons dans cet article qu'il ne s'agit pas que d'une question de point de vue. 

Ce que l'on entend parfois en tant que professionnel de santé

Fréquemment, certains d'entre vous me confient avoir consulté un thérapeute qui leur a expliqué que leur mal de dos était dû à un "bassin déplacé". Ou bien une entorse de cheville, ancienne et mal soignée, qui perturberait l'équilibre du corps. Ou encore une vertèbre déplacée. 

Je ne blâme pas du tout ces personnes, qui ne souhaitent qu'une chose : se sentir mieux. Je ne blâme pas non plus une partie des thérapeutes impliqués, qui font probablement de leur mieux avec leurs outils actuels.

Néanmoins, ces histoires de bassins décalés font probablement plus de mal que de bien aux patients et à la société. Pire encore, ces discours distillent leurs poisons les plus nocifs sur le long terme.

Quel est le discours du "bassin déplacé" exactement ?

Les explications données varient grandement d'un thérapeute à un autre. Je suis contraint de donner une version "moyenne". Celles dont je souhaite parler aujourd'hui établissent un lien direct entre un défaut mécanique (réel ou supposé) et la douleur. 

" Vous avez mal au dos parce que votre bassin est déplacé. Une manipulation va permettre de le remettre en place et de corriger le problème ".
" Vous aviez plusieurs vertèbres coincées et je vous les ai débloquées, cela devrait faire disparaître votre mal de dos"
" Vous avez eu une entorse de cheville autrefois, non ? Elle s'est mal remise et cela perturbe l'équilibre du corps."
"  Votre dos n'est pas bien aligné"

Les professionnels qui proposent ces explications le font en fonction de leur mode de raisonnement, de leurs théories et, bien souvent, de leur ressenti. 

À ce stade, remarquons deux choses :

  • L'explication est souvent simple : une cause unique produit un effet, la douleur.
  • Certains termes sont volontairement vagues et flous : la notion d'équilibre, par exemple, est fréquemment retrouvée dans ces milieux.

Le bassin déplacé existe-t-il en réalité ?

Les dernières décennies ont été extraordinairement riches en découvertes sur le fonctionnement de la douleur. Au fil des années, nous avons dû remettre en question notre façon de penser, et abandonner de nombreuses idées. 

Hélas, certains concepts comme le "bassin déplacé" ou la "vertèbre décalée" ne correspondent à aucune réalité anatomique. Une vertèbre ne se déplace pas, à moins d'être victime d'un grave accident (et de risquer la paralysie). Un bassin est extrêmement SOLIDE. Un bassin ne se déplace pas. Le sacrum (partie du bassin) ne bouge QUASIMENT PAS. 

Derrière une explication exotique et pseudo recherchée, se cache un modèle simpliste et dépassé. En effet, les études scientifiques ont fortement mis à mal ces théories. 

Les thérapeutes concernés utilisent souvent différents tests cliniques pour arriver à leurs conclusions. Malheureusement, les tests utilisés pour conclure à un "bassin/vertèbre déplacé" (palpation, ressenti des mouvements, ..) ne sont pas fiables du tout.  

Dans le domaine de la santé, restons critique vis-à-vis de ce nous entendons pour pouvoir prendre de meilleures décisions. Je pense que vous ne feriez pas confiance à quelqu'un qui prédit votre avenir en lisant dans les feuilles de thé. 

Pour les professionnels de santé qui passent par là, voilà un article de blog à ce sujet, écrit par des confrères.

Ma frustration au quotidien

Pourquoi tant de sel dans cet article ?

Pour être totalement honnête avec vous, cela me sidère chaque fois que j'entends ces choses dans ma pratique.

Ces théories sont soit invalidées, soit terriblement creuses. Ces théories font plus de mal que de bien. Elles détruisent mon travail avec une facilité déconcertante. Elles le minent à chaque étape. Elles sont une énorme épine dans le pied de tous les professionnels de santé qui font l'effort de pratiquer leur métier selon les données actuelles de la science.

C'est donc une réelle perte de chance pour les patients ET une grande source de frustration pour les professionnels de santé. 

Les conséquences du mythe du "bassin déplacé" sur votre vie

Si ces idées fausses n'avaient aucune conséquence sur vous, sur vos douleurs et sur votre vie, ce ne serait pas tellement un problème. Honnêtement, je ne m'embêterais pas à faire un article. 

Malheureusement, c'est le cas. Au quotidien, j'échange avec certains d'entre vous, à qui on a dit que leur posture était catastrophique, qu'ils étaient en pièces, ou qu'ils avaient le corps en très mauvais état. Les conséquences sont terribles.

Je vous invite à lire le texte suivant, en imaginant qu'un thérapeute vous le dise à vous personnellement.

"Mmh, vous êtes vraiment en milles morceaux. Votre bassin est décalé vers la gauche et c'est ce qui vient vous faire mal car cela pince les disques. Je vais le remettre en place avec une manipulation. D'une façon générale, faites attention quand vous sortez du lit et quand vous ramassez quelque chose pour ne pas le re-déplacer. "
Comment vous sentez-vous après une telle explication ? 

Je ne prétends pas savoir ce qui passe par la tête de tout le monde. Toutefois, nous avons de bonnes raisons de penser que ce genre de discours est très anxiogène pour vous qui souffrez (deux articles pour les pros : réf, réf).

Vous pouvez alors vous sentir fragile, vulnérable et impuissant face à ce qu'il vous arrive. Si la douleur est due à un bassin qui se déplace facilement, la conséquence logique est que vous ne pouvez rien y faire. Or, le fait de se sentir impuissant et anxieux face à ce qui nous arrive peut être associé à PLUS de douleur et d'incapacité. (réf)

Comme dans la vie de tous les jours, nous pouvons avoir des pensées négatives à propos de nous-même, et malheureusement les prendre pour la réalité.

Vous sentez-vous en confiance pour bouger par la suite ?

Une fois que vous avez entendu ces explications, une petite alarme s'allume en vous. "Mon dos est fragile !" et "Si je ne fais pas attention, je vais abîmer mon dos".

Comme par hasard : certains mouvements vous font mal, et vos pensées sont alors confirmées. Voyez-vous le cercle vicieux se profiler à l'horizon ?

Cela vous incite à éviter certains mouvements et activités. Vous commencez également à vous contracter davantage lorsque vous bougez, ou lorsque vous ramassez quelque chose. Vous ne vous penchez plus en avant, et vous gardez le dos droit autant que vous le pouvez. Chaque mouvement devient inquiétant.

Le pire dans tout cela ? C'est que votre réaction est parfaitement normale, au vu de ce que l'on vous a dit. Vous n'avez pas une "mauvaise" réaction, ou une réaction "inadaptée". Ce n'est pas de votre faute !

Vers qui allez-vous vous tourner si la douleur revient comme avant ?

Si la douleur revient comme avant, vous allez peut-être vous dire : "Mon bassin est encore déplacé, il faut que je consulte à nouveau ce thérapeute qui m'avait remis en place".

Une fois de plus, il est logique d'arriver à cette conclusion, même si cela a peu de chances de vous être utile.

Je vois régulièrement des personnes enfermées dans un cercle vicieux de dépendance envers certains thérapeutes. Elles se sentent obligées de consulter quelqu'un qui leur a dit que leur bassin se déplaçait. La douleur est toujours là, mais il y a ce soulagement à court terme qui maintient un certain espoir.

Personnellement, je suis assez énervé quand j'y pense.

Vous sentez-vous capable de gérer la douleur et vos activités en autonomie ?

Pour finir, ces discours ne vous donnent aucun moyen de gérer le problème vous-même. La cause désignée de votre douleur vous est inaccessible. Seul le professionnel en question est alors capable de "régler" le problème qu'il vous a lui-même diagnostiqué. Étonnant ? Pas vraiment...

Se sentir capable de gérer sa douleur et ses activités est pourtant très important pour se sortir du piège de la douleur chronique.

Pourquoi est-ce dangereux ?

Parce que l'on risque d'y croire !

Notre cerveau sélectionne les informations qui lui paraissent les plus importantes selon plusieurs critères. Et parfois, il se plante !

Dans ce cas particulier, voilà trois raisons pour lesquelles les discours de "bassin déplacé" nous rentrent facilement dans la tête.

1) Nous avons peur

Lorsque l'on consulte un professionnel au sujet du mal de dos, nous sommes souvent inquiets à ce sujet. Nous nous demandons si notre problème est grave, s'il va s'arranger et dans combien de temps. Nous avons peur de faire des erreurs  et d'en payer le coût plus tard.

En général, nous accordons beaucoup de crédit à ce que nous disent les professionnels de santé, sans forcément connaître la valeur de leur discours. 

2) Nous ressentons un soulagement au court terme

Un professionnel qui vous diagnostique quelque chose de "déplacé" vous propose habituellement de le "remettre en place" par une manipulation.

Les manipulations vertébrales (qui provoquent souvent un craquement audible au niveau du dos) peuvent apporter un soulagement au COURT TERME.

Ce soulagement temporaire peut nous amener à croire que l'explication qui nous a été donnée est vraie. Après tout, si ce professionnel nous a détecté quelque chose de "déplacé", et que sa manipulation nous a soulagé, il doit avoir raison, non ? Pas si vite !

  • D'une part, le soulagement est limité au court terme d'après les études scientifiques sur le sujet.
  • D'autre part, les manipulations ne remettent RIEN en place, puisque rien de se déplace en premier lieu. Les effets ressentis sont principalement dus à des effets neurophysiologiques. Qu'est-ce que cela veut dire ? La manipulation calme temporairement le système nerveux et détend temporairement les muscles autour des articulations manipulées. Cela explique la durée limitée de l'effet.
3) Nous préférons les explications simples

Entre : " Vous avez mal parce que le bassin est décalé, je vais le remettre en place et voilà" et  "La douleur est complexe et dépend de pleins de facteurs, on ne comprends pas tout, nous pouvons commencer par faire ceci et cela", le cerveau choisit en premier la première explication car elle est plus CONFORTABLE et SATISFAISANTE.

Souvent, il est préférable de choisir en priorité l'hypothèse la plus simple (voir le rasoir d'Occam en pensée critique, une vidéo ici). Parfois, comme dans ce cas, l'hypothèse simple nous mène droit dans le mur !

La complexité de la douleur et les capacités d'adaptation du corps humain

Prenons l'exemple des inégalités de longueur des jambes. La majeure partie de la population possède une différence de longueur d'une jambe à l'autre, mesurée en moyenne à 5 millimètres. On estime que cette différence ne nécessite pas de correction en dessous de 2 centimètres.

D'une façon générale, il nous arrive à tous de nous blesser, au cours de notre vie. Cela fait partie de la vie !

Nous pouvons avoir mal à certains endroits pendant un certain temps.  Le corps a la capacité de s'adapter, même lorsqu'il ne fonctionne plus exactement comme avant. De nombreux "défauts" habituellement désignés comme la cause du mal de dos, ne sont en réalité pas responsables de nos soucis. (réf)

Le mal de dos (comme toute douleur) se révèle être quelque chose de complexe. Quelque chose qui dépend d'un nombre étonnant de facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, environnementaux, contextuels, culturels, etc. 

Lorsque la douleur persiste plusieurs mois, voire plusieurs années, il devient évident qu'il n'existe pas une unique cause de la douleur. Plus la douleur persiste, moins elle est liée à une blessure, une lésion, ou à un "défaut mécanique".

Le problème survient lorsque l'on désigne des choses anecdotiques comme "LA" cause de la douleur. Cela nous amène parfois à négliger d'autres facteurs beaucoup plus importants, comme l'anxiété, la peur de bouger, ou encore la sensibilisation du système nerveux.

Mon conseil à toutes les personnes qui souffrent de douleurs chroniques

Trouvez un professionnel de santé (ou plusieurs) qui écoute toute votre histoire et qui donne du sens à votre situation en tenant compte de tous les facteurs.

Trouvez quelqu'un qui cherche à vous redonner confiance en votre corps, qui vous fait vous sentir solide et non pas cassé de partout.

Ce n'est pas chose aisée, mais j'ose espérer que cela sera de plus en plus répandu à l'avenir !

À bientôt

Eric

Pour aller plus loin


  • Cécile dit :

    Article très intéressant, mais attention à ne pas blâmer que les thérapeutes ! Je suis ostéopathe, je répète systématiquement que non un bassin ne se déplace pas, une vertèbre non plus, ou alors ce n’est pas chez moi qu’il faut aller, mais chez un orthopédiste. Et combien de mes patients après m’avoir consciencieusement écouté et m’avoir affirmé qu’ils comprenaient reviennent quelques mois plus tard en m’annonçant « je me suis démis une vertèbre ». Cette idée est très ancrée, et pas toujours par un thérapeute 😉

    • Eric Bouthier dit :

      Merci pour ton commentaire !
      Nous savons tous les deux qu’une explication, même bien ficelée, ne suffit pas toujours à changer les croyances d’une personne. 🙂

      Dans ton exemple, d’où provient cette croyance (en une vertèbre démise, en la nécessité d’une manipulation pour « remettre en place ») d’après toi ?

  • >
    529 Partages
    Tweetez
    Partagez529
    %d blogueurs aiment cette page :